Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 10:20

Aujourd'hui, c'est ta 3e et dernière chronique sur les évolutions des modes de vie au regard du développement durable, et plus précisément les nouvelles mobilités et les nouveaux rapports à l'habitat, alors nos comportements changent-ils concernant l'utilisation de la voiture ?

 

Globalement non, mais avec quand même de nombreuses initiatives vers des modes de transports alternatifs (vélib, autopartage, covoiturage, …), qui viennent compléter les transports en commun, et confirment un intérêt des français vers de nouvelles solutions écoresponsables, tout cela étant facilité par les nouvelles technologies (internet, smartphones, …), qui stimulent une mobilité collaborative adaptée aux besoins de chacun.

 

Et aujourd'hui, comment se situe la voiture dans nos déplacements ?

 

La voiture reste le mode de déplacement le plus pratique et le plus prisé, seul le prix fait diminuer l'utilisation de la voiture, surtout celui du carburant, le kilométrage moyen est passé de 14.000 km/an en 1995 à 11.800 km en 2009, l'âge moyen du parc automobile est passé de 5,8 ans en 1980 à 8,1 ans en 2009, on achète davantage de voitures low-cost, et en même temps les ventes de 4x4 ont augmenté depuis 2008, ce qui démontre que la voiture reste encore souvent un plaisir et un symbole de prestige.

 

Alors, même si l'utilisation de la voiture reste prédominante, voit-on des changements de comportements ?

 

Les français ont aujourd'hui une approche plus pragmatique de la voiture, elle devient davantage un outil fonctionnel de transport plus qu'un plaisir, c'est le temps total de transport qui guide nos modes de déplacements, notamment pour les péri-urbains, mais les ruraux eux n'ont pas le choix, la voiture est nécessaire à la fois à cause de l'éloignement des services et des commerces, et de l'absence ou insuffisance des transports en commun.

Par ailleurs, beaucoup de français aspirent à ralentir leur rythme de vie, à diminuer les déplacements contraints domicile-travail, à mieux valoriser la vie sociale de proximité, à travailler en nomades, chez eux en télétravail, ou dans des lieux tels que des cafés, des gares, des parcs,... les jeunes eux  n'hésitent pas à passer de la possession à l'usage de la voiture à travers des plateformes de covoiturage ou d'autopartage … c'est un autre plaisir !

 

Bien, passons au dernier volet de cette étude, l'habitat, quelle est la situation sur les modes d'habitat en France aujourd'hui ?

 

En 2011, il y avait 33,7 millions de logements en France (+12% par rapport à 2000) dont 58% de propriétaires et 57% en maisons individuelles, le nombre moyen de personnes par logement a baissé (de 3,1 à 2,3 en 40 ans), sous l'effet d'une plus forte individualisation des comportements, du vieillissement de la population, de l'augmentation des divorces, ... 1/3  des logements hébergent une seule personne et la surface moyenne des logements est passée en 30 ans de 77 à 91 m2 (soit 41 m2/habitant).

 

Et qu'en est-il des comportements concernant l'habitat, en particulier  sur les économies d'énergie et sur l'isolation des logements ?

 

Le prix du foncier et la prédilection des français pour vivre en maison ont renforcé l'urbanisation péri-urbaine, où vit 30 à 40% de la population.

Aujourd'hui, 37% des ménages se chauffent à l'électricité … nucléaire (une spécificité française, mais aussi le chauffage le moins performant !), par ailleurs 67% des ménages déclarent chauffer la pièce principale au-delà de 19°c, la température recommandée par les pouvoirs publics.

A noter qu'une facturation individuelle des consommations eau-chauffage est plus incitative qu'un montant au prorata noyé dans les charges.

Pour les travaux d'isolation, ce coût vient s'ajouter aux dépenses pour les remboursements d'emprunt et l'entretien des maisons, et donc la décision est souvent retardée, dans l'attente d'un soutien financier, voire annulée.

Dans l'immédiat, les propriétaires préfèrent se satisfaire avec des joies simples, renouer avec la nature en ville, privilégier le cadre de vie, se faire plaisir au jardin, … donc dépenser pour leur confort et pour leur plaisir,

là encore santé et plaisir restent les critères prioritaires pour agir.

 

Alors en conclusion, quelles évolutions peut-on attendre avant 2020 ?

 

Le moindre attachement à la voiture pour se déplacer va de pair avec une offre élargie de transports alternatifs faciles à combiner et à utiliser. Concernant l'isolation des logements anciens, le financement reste le frein majeur pour avancer. Enfin, les français affirment aussi leur attachement aux valeurs de proximité, ils veulent des villes plus agréables à vivre, des parcs où s'asseoir et se rencontrer … une ville plus attractive, … à suivre !

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD
commenter cet article

commentaires