Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 15:10

Bonjour Jacques, le titre de ta chronique laisse à penser que tu voudrais que nous exploitions notre gaz de schiste ? Est-ce bien cela ?

 

Mon interrogation vient de ce que l’on voit de ce que cette source d’énergie a apporté aux Etats-Unis : Le prix du gaz y est passé de 8 dollars l’unité à 2,7 dollars. Dans le Dakota du Nord, le chômage a pratiquement disparu et le pays a retrouvé son indépendance énergétique.

En France, l’énergie représente 80% de notre déficit commercial. Le gaz, nous l’importons en grande partie de Russie. Cela ne nous facilite pas la tâche quand nous voulons critiquer la politique de monsieur Poutine…

 

Oui, mais tout le monde sait que l’extraction du gaz de schiste est catastrophique pour l’environnement !

 

Bien sûr aussi c’est par pure provocation que j’ai débuté ma chronique en laissant croire que je souhaitais que la France exploite son gaz de schiste. En fait, c’est un article publié dans le Parisien Magazine du 28 novembre 2013 qui m’a inspiré cette chronique. En effet, il y est démontré que même si la France a vraisemblablement des réserves importantes, celles-ci sont loin de se rapprocher de celles dont disposent les Etats-Unis.

 

On dit que nos réserves sont les deuxièmes, derrière celles de la Pologne, au sein de l’Union Européenne.

 

Oui, mais elles n’en restent pas moins 8 fois inférieures à celles de Etats-Unis. Et ce n’est pas le seul problème. Les schistes exploités aux Etats-Unis sont situés dans des régions très peu peuplées, et si leur exploitation a supprimé le chômage dans le Dakota du Nord, c’est qu’il a été possible d’y installer 6000 forages. Vous imaginez 6000 forages dans le Bassin parisien ou en Provence ?

 

Alors, notre gaz de schiste, ce n’est pas « l’or noir » que certains nous dépeignent…

 

Tout d’abord les estimations de nos réserves sont purement théoriques. En effet la France ne dispose pas comme les Etats-Unis d’un maillage de forages récents et suffisamment dense pour permettre des estimations précises. Chez nous celles-ci s’appuient sur des données relativement anciennes et partielles. Par ailleurs, même si nous avons des réserves importantes, il faut savoir que les techniques actuelles ne permettent d’en extraire que 5 à 10%. Enfin les schistes que nous pourrions exploiter se situent autour de 3000 m. sous terre, soit très en dessous des couches pétrolifères classiques.

 

Donc on peut s’attendre à ses coûts d’exploitation importants.

 

Exactement et si l’on ajoute à cela que nos gisements sont loin d’avoir l’étendue de ceux des Etats-Unis, et qu’il nous faudra tenir compte qu’ils sont situés dans des régions à peuplement important, leur exploitation aura un impact relativement faible sur le prix de revient du gaz.

 

Jusqu’ici, tu ne nous a même pas parlé du risque environnemental.

 

C’est à juste titre que la technique de fracturation hydraulique utilisée aujourd’hui a été interdite en France. Tout d’abord, cette technique utilise quelque chose comme 10 à 20 millions de litres d’eau par puits, dont 50 à 70% remontent à la surface chargés de produits chimiques et même parfois de produits radioactifs. En vieillissant, les forages perdent de leur étanchéité et contaminent ainsi les terres qui les entourent. Enfin l’exploitation des gaz de schiste laisse s’échapper des quantités importantes de méthane qui est un redoutable gaz à effet de serre.

 

En fait, tu es en train de montrer que l’exploitation de notre gaz de schiste ne rapporterait pas grand-chose et qu’il aurait un coût indirect catastrophique.

 

C’est à peu près ça. Et une fois de plus je me dis que certains d’entre nous ont énormément de mal à renoncer à notre mode de vie reposant sur des énergies fossiles bon marché qui plombent l’avenir des générations qui nous suivent. Mais en France on a l’habitude de vivre à crédit et de laisser à nos successeurs le soin de payer nos dettes. Il n’y a qu’à voir le degré d’impopularité qu’atteignent ceux de nos dirigeants qui tentent de traiter ce problème.

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD
commenter cet article

commentaires