Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 09:18

Tu as l’habitude de faire des chroniques dont le titre est souvent un paradoxe : celle d’aujourd’hui ne déroge pas à la règle en posant la question d’être payé pour économiser l’électricité. Comment est-ce possible ?

On sait que l’énergie électrique est difficilement stockable et donc qu’il faut produire celle qui va être consommée … et inversement ! Par ailleurs certaines régions sont parfois à la limite de la rupture d’approvisionnement à tel point que les fournisseurs demandent à leurs gros consommateurs de réduire leur consommation pendant ces périodes de tension sur la demande (grand froid, fortes chaleurs, …)

C’est particulièrement vrai en Bretagne par exemple. On comprend que la demande de réduction soit faite d’abord vers les grands comptes, mais est-ce suffisant ?

Non, car cette méthode a des limites : on ne peut pas réduire sans conséquences dangereuses la fourniture aux hôpitaux, à la signalisation routière, aux services publics, … Difficile aussi de demander à des industriels de réduire leur production, aux entrepôts d’augmenter la température des frigos, aux commerces de mettre leurs étals dans l’obscurité … Même si le développement actuel des « drive » participe de cette démarche de réduction de la demande d’énergie, mais aussi d’espace, de personnels, etc.

Alors où est le gisement accessible ? Les particuliers, les familles ?

Oui et ceci grâce à la révolution des Nouvelles Techniques de l’Information et les réseaux intelligents, les SMART GRIDS. Revenons en Bretagne : depuis 2008 cette région expérimente « l’effacement diffus » avec le dispositif ECOWATT. 52400 adhérents (volontaires et non rémunérés) sont avertis par SMS d’une saturation prochaine du réseau. Ils éteignent alors un ou deux appareils en fonction chez eux de façon à soulager le réseau en diminuant la demande.

Tu parles d’expérimentation : a-t’on déjà des résultats ?

Oui et ça marche ! La consommation baisse de 2 à 3%, ce qui est suffisant pour éviter la rupture. On pourrait dire que ce n’est pas grand-chose, mais cela correspond à la consommation d’une ville telle que Saint-Malo ou Quimper.

Les fournisseurs d’électricité envisagent de généraliser le système dès 2016.

Et comment cela va-t-il fonctionner ? Et qui fera quoi ?

C’est à cette date que sera installé le « marché des capacités » sur lequel le consommateur aura prise : c’est de sa capacité à réduire sa consommation que le marché va dépendre et l’électricité épargnée sera monnayée par des « opérateurs d’effacement ». La démarche restera volontaire et ne concernera dans un premier temps que les habitants de logements chauffés à l’électricité, c’est le bras de levier le plus efficace. Les logements seront équipés d’un boitier intelligent par l’opérateur.

Mais ensuite, quel sera le fonctionnement du système ?

C’est RTE le distributeur d’électricité qui signalera les risques de pénurie aux opérateurs qui enverront aux boitiers l’ordre de couper l’alimentation des radiateurs ou des chauffe-eau pendant quelques minutes, tout en informant l’habitant par SMS afin qu’il puisse refuser la coupure. Cette microcoupure ne sera même pas ressentie par les occupants du logement, mais selon une étude de l’ADEME l’économie réalisée si tous les foyers étaient équipés et si le système fonctionne toute l’année pourrait atteindre 20% par an ! Quand on parle de transition énergétique voilà un système intelligent !

Tu as parlé dans le titre de ta chronique d’être payé pour économiser l’électricité et jusqu’à maintenant tu ne parles que d’économies, alors où est la rétribution ?

Même si RTE a prévu que l’opérateur d’effacement doive rétribuer le consommateur qui aura réduit sa consommation, celle-ci sera de loin beaucoup moins importante que le montant des économies réalisées. Mais si cette rémunération n’était que la cerise sur le gâteau pour donner envie de le gouter ?

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD
commenter cet article

commentaires