Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 19:14

 

C'est un lieu commun de dire que le BRESIL est devenu le fournisseur de viande de la planète : qu'en est-il exactement ?

En moins de 20 ans, le Brésil est devenu le 1er exportateur mondial de viande bovine et de volaille, au prix d'un fort soutien public, d'une déforestation accrue de l'Amazonie et de contrôles sanitaires … variables ! La viande représente aujourd'hui 7% des exportations du pays et le secteur, auparavant peu organisé, doit en grande partie sa fulgurante expansion à la politique des "champions nationaux" menée par le gouvernement Lula dans les années 2000. C'est ainsi que 3 entreprises géantes (MARFRIG, JPS et BRF) ont été créées à l'aide de fonds d'état de plusieurs milliards d'euros entre 2008 et 2011.

Que représentent ces champions dans l'économie locale et mondiale ?

Ils maîtrisent entre 40 et 55% de la production brésilienne de viande et plus de 70% des exportations, et ces taux ne font que croître.

Entre 1997 et 2016, le pays a triplé sa production de volailles, passant de 4,5 à 13,5 millions de tonnes et la production de viande bovine a aussi plus que doublé, avec 7,3 millions de tonnes contre 3,3.

Les exportations ont été dopées par cette production financée par l'état : le volume des exportations a quasiment décuplé, à 1,4 million de tonnes contre quelque 160.000 tonnes seulement en 1997. Le Brésil est devenu le premier exportateur mondial de volailles avec 40% du marché. Dans le même temps,.les exportations de viande bovine ont gonflé à 5,5 milliards de dollars contre 469 millions, 11 fois plus !.

Une expansion aussi rapide d'une activité économique ne peut s'effectuer sans de profondes modifications du pays : lesquelles ?

L'élevage bovin s'est surtout développé de manière extensive, stimulé par l'agrandissement des surfaces agricoles brésiliennes au détriment de l'environnement et surtout de la forêt amazonienne. Par ailleurs la fulgurante transformation du Brésil en acteur majeur sur le marché de la viande a-t-il conduit le pays à négliger les normes sanitaires? Ou au contraire doit-on à ces négligences (volontaires ou non) cette évolution fulgurante ?

Le Brésil vient d'être secoué par un scandale international de viande avariée qui a fait perdre au pays plusieurs de ses principaux marchés à l'exportation d'un seul coup. A ce jour, des irrégularités ont été trouvées dans 21 usines de transformation de viande, sur les quelque 4.837 qui ont été inspectées.

Et quel impact sur la forêt amazonienne et la déforestation ?

La déforestation de l'Amazonie a encore progressé de 29% en 2016, malgré une amélioration continue des performances du Brésil dans les années récentes pour intensifier son élevage afin de préserver la forêt.

La forêt amazonienne a perdu près de 800.000 hectares en 2016, et plus de la moitié des disparitions ont eu lieu sur des propriétés tenues par la loi de préserver 80% de leur végétation initiale.

Comment cela ? Le Brésil aurait-il pris conscience des conséquences de la déforestation ?

Il faut le croire … dans les années 1990, les pâturages occupaient 210 millions d'hectares, contre 165 millions aujourd'hui, alors même que le cheptel brésilien est passé de 140 millions à 209 millions de têtes et depuis 2004, le taux de déforestation global de l'Amazonie a chuté de 71%.

La loi a en effet orienté les éleveurs vers un élevage plus intensif et des animaux génétiquement modifiés. L'exploitation intensive des pâturages est aujourd'hui encouragée pour préserver l'environnement, mais elle exige davantage d'investissements, l'exploitation de fourrages plus productifs et l'utilisation d'engrais !

Rien n'est parfait : il faut donc choisir entre déforestation ou engrais chimiques ?

Attends, tu n'as pas tout entendu : le poids moyen par carcasse de bovin a augmenté de 23 kilos en vingt ans, ce qui a aussi participé à l'amélioration de la productivité des bêtes et des terres. Mais cela s'est fait par des manipulations génétiques.

Alors qu'en penser ?

Il faut entre 10 et 25 protéines végétales pour produire une protéine animale : la solution n'est elle pas de manger moins de viande et de vérifier son origine ?

Cela me rappelle le livre de Laure WARIDEL : « acheter c'est voter »

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD - dans Chroniques RGB
commenter cet article

commentaires