Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 17:22

Bonjour Gérard, on connaissait l’effet papillon, l’effet placebo, … tu veux aujourd’hui nous parler de l’effet rebond. D’abord qu’est-ce que c’est ? Et pourquoi faut-il s’en prémunir ?

 

Le Centre d’analyse stratégique (CAS) vient de publier une note formulant des propositions pour lutter contre ce phénomène de surconsommation induit par une meilleure performance énergétique des bâtiments et des équipements. C’est un terme qui désigne "l’annulation des gains de performance énergétique obtenus par la diffusion du progrès technique, du fait d’une utilisation accrue des ressources".

 

Si je comprends bien cela veut dire que notre comportement peut annuler les bénéfices des progrès techniques ou technologiques : est-ce cela ?

 

Oui, et cela vient d’une erreur de raisonnement du type : "mon équipement consomme moins d'énergie donc je le sollicite plus, ça ne me coûte pas plus cher". On a ainsi pu constater que l’« effet rebond » peut annuler de 5 % à 50 % des gains d’énergie obtenus grâce au progrès technique. Et dans le cas de l’amélioration de l’efficacité d’un système de chauffage, qu'il existe un décalage moyen d’environ 30 % entre les économies prévues et celles qui sont effectivement réalisées... 

 

C’est effectivement inquiétant … mais que peut-on faire ? Que préconise le Centre d’analyse stratégique ?

 

Le CAS a examiné le résultat de différentes expérimentations menées en France et a formulé des propositions pour déclencher une modification des comportements, indispensable complément des campagnes de construction et de rénovation de logements, pour éviter l'effet rebond

Il a identifié quatre exemples d'incitations qui méritent d’être expérimentées à grande échelle.

La première consiste à mettre en place, en partenariat avec des collectivités locales, des concours récompensant les immeubles, les quartiers, les communes, les familles… réalisant les « meilleures » économies d’énergie.

 

Oui, mais pas très convaincant comme incitation … il y en a d’autres ?

 

Dans les logements anciens ayant fait l’objet de travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique, la diffusion d’informations sur les économies d’énergie théoriquement attendues après travaux, et sur celles effectivement réalisées : la différence est due à l’effet rebond, c'est-à-dire à un comportement moins attentif ou moins vertueux de l’utilisateur.

Et pour le logement neuf, la diffusion des consommations « normales » compte tenu des performances du logement et de la taille de la famille : la famille pourrait ainsi étalonner son comportement.

Egalement la diffusion avec la facture d’électricité ou de gaz d’informations relatives à des équipements performants pour inciter à les utiliser en remplacement d’équipements anciens trop énergivores.

 

Tout cela me parait un peu léger et repose sur la bonne volonté ou la compréhension des enjeux par la famille : il n’y a rien d’autre ?

 

Tu as raison, car au milieu de ces propositions un peu lénifiantes, le CAS a glissé une petite phrase dans son rapport : Les incitations fondées sur le signal-prix sont les plus pertinentes pour encourager les économies d’énergie.

Le CAS explique que "lorsqu’ils entreprennent des travaux d’amélioration énergétique, les Français pensent d’abord à réduire leur facture d'énergie". Dès lors, fixer un prix de l'énergie suffisamment élevé pour les "forcer" à réaliser ces travaux de performance énergétique, à installer des équipements performants et à adopter des comportements économes serait en définitive la solution ultime.

 

Surprenante cette appréciation iconoclaste, insérée dans des recommandations un peu lénifiantes … comment l’interpréter ?

Le CAS souligne en effet que l’utilisation de ce seul signal peut se révéler difficilement acceptable" En effet d'après le Baromètre de l'opinion du commissariat général au Développement durable, en 2010, 39 % des Français estiment déjà que le coût du chauffage est trop élevé et le quart d’entre eux fait le même constat pour celui de l’eau chaude et de l’éclairage. Dès lors, cette utilisation du facteur prix « doit s’accompagner de mesures d’accompagnement social et de pédagogie »


Et c’est bien pourquoi l’association « Quelle Terre Demain ? » existe, pour accompagner l’indispensable mutation des comportements destinée à s’adapter au futur proche, celui de l’énergie rare et chère.

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD - dans Chroniques RGB
commenter cet article

commentaires