Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 14:29

 

 

 

Bonjour Gérard, lors de notre dernier magasine du DD tu as mentionné un article qui mettait en doute la réalité de l’obsolescence programmée. J’ai été très surpris car il semble qu’il y ait un consensus sur ce sujet. Alors d’où vient cette nouvelle approche du problème ?

 

Le site « Commentreparer.com » juge trop simpliste la théorie de l'obsolescence programmée. Et appelle les consommateurs à s'interroger sur leurs habitudes.

Rappelons d’abord que l’obsolescence programmée, c’est l'ensemble des techniques visant à réduire la durée de vie ou d'utilisation d'un produit afin d'en augmenter le taux de remplacement, au bénéfice des producteurs.

 

Mais cela n’est-il pas incontestable ? On sait que le cartel Phœbus qui réunissait dans les années 1920 les producteurs d’ampoules électriques a décidé de limiter la durée de vie des ampoules de façon à accélérer leur remplacement.

 

Même si ce cartel a existé (ce qui n’a jamais été prouvé), je ne peux pas croire que la totalité des industriels participent à ce type de démarche. Et j’ai toujours défendu l’idée que la normalisation, en introduisant un seuil de qualité minimale à respecter pour mettre un produit sur le marché a conduit les producteurs à se rapprocher de ce seuil pour des raisons économiques, de concurrence et de rentabilité.

Prenons deux exemples : pendant des dizaines d’années j’ai eu du mal à dépenser de l’argent dans des paires de chaussures, j’en achetais dans les grandes surfaces, pas chères, elles duraient 6 mois, impossibles à réparer … quand j’ai été plus à l’aise, j’ai acheté des chaussures d’une marque célèbre : j’utilise toujours la même paire achetée il y a plus de dix ans, et elle n’a jamais eu besoin d’être réparée !

Second exemple : est-il utile de comparer la durée de vie et le taux de pannes des automobiles produites par producteur ?

 

Donc pour toi l’obsolescence programmée n’existe pas ?

 

Non je n’en sais rien, mais cet article fait remarquer qu’il y a quatre raisons de ne pas y croire, car si la thèse du complot est simple à comprendre, elle est plutôt compliquée à justifier. Elle pose quelques problèmes :

-      Une telle entente suppose un petit nombre d’acteurs en position d’oligopole : regardons ce qui se passe dans le domaine de la téléphonie mobile : est-ce que APPLE et SAMSUNG s’entendent sur notre dos ?

-      La durée de vie d’un produit est dépendante de sa qualité intrinsèque (voir mes chaussures ou ma voiture) parmi beaucoup d’autres critères

-      Accuser un complot mondial nous permet d’éviter de s’interroger sur son propre comportement : n’est-ce pas facile de faire porter le chapeau à un complot mondial ?

-      On n’a jamais eu la moindre preuve d’un tel complot, même si certains fabricants accélèrent le renouvellement de leurs produits par l’effet de mode (voir APPLE) ou par l’impossibilité de remplacer des éléments défaillants (impossible de remplacer les batteries d’une tablette : elles sont soudées au châssis (mais est-ce qu’elles tombent en panne ?)

 

Mais pourquoi serions-nous responsables de l’obsolescence programmée ?

 

La compétition entre fabricant est une équation du type fraction : au numérateur les qualités, au dénominateur le prix. Le consommateur cherche à optimiser cette équation et pour un ensemble de qualités escomptées il va chercher le meilleur prix. Ou inversement pour un budget donné il va chercher le maximum de services. Alors à ton avis que vont faire les fabricants ?

 

Ils vont chercher eux aussi à optimiser cette équation. Mais comment ?

 

Leur objectif est d’éviter les problèmes d’après-vente et donc de fabriquer des produits qui dépasseront la durée légale de la garantie mais pas trop : car une longue durée de vie entraine un coût (rappelle-toi mes chaussures !). Alors ils vont utiliser la même équation : pour un prix de vente donné (évalué par les études de marché), quels services puis je fournir, y compris la durée de vie ?

Attention l’attente en matière de durée de vie ne dépend pas que de facteurs physiques, mais aussi psychologiques : la mode, l’envie d’être le premier à posséder un nouvel objet mais aussi les services complémentaires (qui a besoin des centaines de milliers d’applis des outils de communication actuels ? mais la publicité met cet argument an avant) : les communicants savent parfaitement manipuler les ressorts comportementaux des acheteurs potentiels.

 

Alors ta conclusion ? Comment vont évoluer ces débats dans les années à venir.

 

Je pense qu’il faut travailler dans 2 directions :

-      La prise de conscience individuelle et collective en expliquant le slogan : « je ne suis pas assez riche pour acheter bon marché » : l’association « quelle terre demain ? » devrait en faire un point de repère régulier dans son magazine mensuel du DD.

-      Puisque le prix (le dénominateur) est un juge de paix, il serait utile de moduler le prix (les taxes en l’occurrence) en fonction de la durée de vie : aujourd’hui la taxe DEEE est ridicule : 1 centime d’euros pour un appareil qui vaut quelques centaines d’euros, ce n’est pas suffisant pour influencer le comportement des acheteurs ; une autre solution serait d’exiger l’affichage de la durée de vie prévisible ou alors d’allonger la durée de garantie légale …

 

Quel pourcentage de chances donnes-tu à ces dernières propositions ?

 

Très très peu aujourd’hui ! C’est pourquoi je privilégie les petits pas que nous pouvons faire dans les actions de QTD pour sensibiliser le public, c'est-à-dire les électeurs qui peuvent exprimer leurs choix de société.

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD - dans Chroniques RGB
commenter cet article

commentaires