Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 14:30

 

Vous pouvez écouter cette chronique ici : link

 

 

 

Bonjour Gérard, quelle est cette mauvaise nouvelle pour la planète dont tu veux nous parler ?

 

Mauvaise nouvelle pour la planète en effet et donc pour nous. Cette année, il n'aura fallu que 234 jours à l'humanité pour consommer toutes les ressources naturelles que la Terre peut produire en un an. Nous avons atteint, mercredi 22 août, le "Global Overshoot Day", le "jour du dépassement". En d'autres termes, nous vivrons à crédit jusqu'à la fin de l'année.

 

Comment peut-on savoir cela ?

 

C’est une ONG (Global Footprint Network) qui calcule chaque année l’empreinte écologique. Ses experts évaluent la quantité de ressources à travers le monde et la manière dont elles sont gérées. Avec pour unité de mesure l'hectare global, la méthode consiste à comparer la "biocapacité" à la consommation réelle de l’humanité et de chaque pays.

 

Un petit rappel sur ce qu’est l’empreinte écologique ?

 

L’empreinte écologique permet de mesurer le poids que l’activité humaine fait supporter à la planète : elle évalue le niveau de consommation des produits et services de l’humanité par rapport à la capacité de la terre à renouveler sa production (alimentation, énergie, matériaux) et sa capacité à absorber nos nuisances (déchets, CO2) et pour les recycler.

 

Est-ce que cette mauvaise nouvelle est exceptionnelle ? Comment étaient les années précédentes ?

 

C’est vers les années 1965-1970 que l’équilibre a été atteint. Auparavant l’humanité consommait moins que la biocapacité et depuis cette époque elle consomme de plus en plus : en 2000 le jour du dépassement était le 1er novembre, en 2005, c’était le 20 octobre

Attention, cette accélération est en réalité due à 2 phénomènes : d’une part la consommation ressources augmente (et là aussi 2 causes, la consommation individuelle et la croissance démographique) et d’autre part le stock disponible diminue.

 

Cette réflexion me rappelle une de tes chroniques dans laquelle tu parlais de pommier

 

Oui, j’ai utilisé la parabole des pommes et du pommier : depuis les années 70 nous ne nous contentons plus de consommer les pommes mais notre appétit nous conduit à manger le pommier : qui nous donnera des pommes demain ?

 

On sait qu’il y a des différences d’empreinte écologique selon les pays, mais est-ce qu’on a pu évaluer la situation par secteur de production ?

 

Oui. Je fais référence à un article écrit récemment par Yves PACCALET, un naturaliste et philosophe qui connaît bien la vie de la mer pour avoir accompagné le commandant COUSTEAU pendant près de 20 ans sur tous les océans.

Il annonce que les français consomment de plus en plus de poissons : nous en sommes à 32,4 kilos par habitant et par an contre 22 kilos pour l’européen moyen. Le problème est que nos pêcheurs ne comblent nos besoins qu’à hauteur de 38% … en d’autres termes, ce que nous pêchons en un an, nous l’avons ingurgité le 21 mai.

 

C’est une autre manière d’évaluer notre surconsommation et un autre signal d’alarme !

 

Quelques chiffres encore : à l’époque des terre-neuvas le prélèvement de la ressource halieutique était de l’ordre de 10 millions de tonnes. Les études, très sérieuses bien entendu, des centres tels que l’IFREMER prévoyaient que la population humaine pourrait prélever 150 millions de tonnes pour se nourrir.

Or les prélèvements n’ont jamais dépassé 90 millions de tonnes et à ce rythme la ressource halieutique disparaît.

Mais je reviendrai sur ce sujet

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD - dans Chroniques RGB
commenter cet article

commentaires