Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 10:08

Quand tu dis que nous avons assez transformé le monde, que veux-tu dire exactement ?

J’ai emprunté cette phrase à Olivier Abel qui se définit lui-même comme Professeur de Philosophie Ethique. La phrase complète est « Nous avons assez transformé le monde, il s’agit de l’interpréter et d’y cohabiter. ».

J’ai beaucoup aimé cette phrase parce qu’elle rejoint mon refus d’une approche exclusivement économique et technocratique du monde au profit d’une approche humaine : « Il ne s’agit plus d’être efficace à tout prix. » dit-il ailleurs.

Pourtant, et la période que nous traversons en est une illustration saisissante, on est bien obligé de tenir compte de la réalité économique…

Bien évidemment, il est hors de question de prétendre s’affranchir de la réalité. Par contre, il nous appartient de ne considérer la réalité économique que comme un paramètre et non comme une finalité : notre seule vraie finalité, c’est le développement humain. On a trop pris l’habitude de ne s’occuper que du développement économique, en admettant que le développement humain en découlera automatiquement. Or, si le développement économique est indispensable au développement humain, il est clair que les choix économiques ont une influence considérable sur le développement humain.

En somme tu es en train de nous parler de développement durable.

En effet, et sans le vouloir, je suis en train de décliner les 3 piliers classique du développement durable : l’économique, le social et l’environnemental, les deux derniers étant des constituants du développement humain. Mais mon propos en entamant cette chronique était autre : Le texte que j’ai cité d’Olivier Abel s’inscrivait dans une réflexion sur l’espérance. Et précisément c’est d’espérance que nous avons besoin pour résister à la période que nous traversons qui est l’une des plus moroses que j’aie jamais connues.

D’espérance ? C’est un bien grand mot !

Oui, et il faut savoir que c’est une exclusivité de la langue française de d’avoir deux mots « espoir » et « espérance ». Les anglais ont « hope », les allemands « hoffnung ». Seuls les français distinguent l’espoir et l’espérance. Et je pense que c’est une grande chance qui  nous est donnée.

Peux-tu nous indiquer la différence que tu y vois ?

Oh, elle est essentielle. Prenons la situation d’aujourd’hui. Nos espoirs de sortir rapidement de la crise économique et financière que nous traversons sont extrêmement minces. Même chose pour la crise sociale, pour la crise morale, pour la crise politique, pour la crise environnementale… Tout est gris, peu enthousiasmant, désespérant suis-je tenté de dire. Alors, c’est pour cela qu’il faut absolument que nous gardions l’espérance.

J’ai un peu de mal à te suivre.

L’espérance, c’est une force intérieure. C’est parce que l’on a en soi cette force intérieure que l’on ne perd pas espoir : c’est l’espérance qui engendre l’espoir. Comme je le disais c’est une force et le propre d’une force, c’est de faire bouger. Cela ne sert à rien de se lamenter. Cela ne sert à rien de s’en prendre à ceux qui nous gouvernent et à rêver d’un grand chambardement sensé remettre tout en ordre ! Toutes ces attitudes sont des postures de passivité et d’irresponsabilité ! Ce qu’il faut, c’est être acteur, faire ce que l’on a à faire, sortir de la contemplation désabusée de ce qui ne va pas et faire ce que l’on peut, chacun dans son petit coin, pour que cela aille mieux. Apprenons à interpréter le monde et à y cohabiter. Utilisons nos différences, nos divergences comme une richesse pour construire ensemble. La sinistrose fabrique des sinistrés !

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD - dans Chroniques RGB
commenter cet article

commentaires