Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 00:00

QUEL AVENIR POUR LA CONSOMMATION COLLABORATIVE ?

 

 

La Consommation Collaborative by quelle terre demain

 

 

On parle souvent de consommer autrement, alors la consommation collaborative c'est encore autre chose ?

 

Pas vraiment, çà existe déjà en France, mais pas avec ce nom, le concept a été médiatisé aux Etats Unis en 2010, notamment par Rachel Botsman.

Quelques exemples: la location d'outils de bricolage ou de vêtements, les plateformes d'achats par internet, les ressourceries, les logements en colocation, le covoiturage, les échanges de services ou de compétences, ...

Cette démarche est encore minoritaire dans nos modes de consommation individuelle, où chacun cherche à posséder les mêmes biens, souvent peu utilisés, mais elle tend à se développer plus rapidement aujourd'hui.

La consommation collaborative, çà consiste à prêter, à louer, à donner, à échanger des objets, des services, des compétences, via des technologies internet et des concepts de communautés de particuliers, en s'appuyant sur des valeurs de liberté, de partage, de confiance, voire de solidarité.

 

Peut-on distinguer différents types de consommation collaborative ?

 

Globalement, on peut les classer en 3 catégories :

  • les systèmes qui transforment un produit en service (par ex, les vélos en libre service comme VélO2 à Cergy, l'autopartage comme auto2 à Cergy), c'est une économie de fonctionnalité,

  • les systèmes de redistribution, qui mettent en relation des personnes possédant des biens avec des personnes les recherchant,

  • les styles de vie collaboratifs, qui sont des formules de partage ou d'échange de ressources immatérielles entre particuliers (par ex, troc'temps, espaces de travail ou de domicile, compétences)

 

Et pourquoi cet engouement pour la consommation collaborative, particulièrement apprécié par les jeunes générations ?

 

Selon Rachel Botsman, co-auteur du livre intitulé «ce qui est à moi est à toi, l'émergence de la consommation collaborative», cela s'explique ainsi :

  • la récession économique, qui s'installe comme phénomène durable,

  • les technologies internet, facilement accessibles aux particuliers,

  • le renouveau des communautés et le retour au consommer local,

  • les préoccupations environnementales et le comportement citoyen.

 

Quel est l'impact de ces nouvelles façons de consommer ?

 

Les plateformes internet optimisent la mise en relation entre particuliers, les systèmes de notations créent et maintiennent la confiance nécessaire entre inconnus utilisateurs de ces systèmes d'échanges, et chaque jour on découvre de nouveaux sites lancés par des petites entreprises start-up.

 

Et peut-on imaginer que çà aille plus loin ?

 

Certainement, même les grands constructeurs automobiles se mettent à créer de nouveaux services (autopartage, covoiturage, nouveaux services de mobilité), cela se comprend quand on voit le coût d'une voiture et de son utilisation dans le budget familial, avec par ailleurs un usage inférieur à 10% du temps et souvent 1 seule personne dans la voiture.

Les assureurs s'intéressent également à cette économie collaborative, car l'assurance est un support de normalisation de ces pratiques et un gage de confiance pour les utilisateurs, et les politiques envisagent de nouvelles lois pour favoriser le développement de cette économie de partage.

A l'instar des photocopieurs mis à disposition et facturés en fonction du nombre de pages, on peut imaginer dans le futur des industriels proposant des machines à laver facturées au nombre d'heures d'utilisation, ce serait leur intérêt de fabriquer des machines durables et faciles à entretenir, ce serait efficace pour les consommateurs et pour les ressources naturelles.

Enfin, en raison d'une défiance accrue envers le système bancaire, on voit se développer des financements solidaires et même des plateformes internet pour des prêts entre particuliers.

 

Alors, quelles perspectives ?

 

La récente crise économique est l'élément accélérateur de l'économie de partage, on cherche à acheter moins cher et plus malin, de plus en plus la nécessité d'accéder à l'usage d'un bien compte davantage que la seule envie de le posséder.

La consommation collaborative est plus facile grâce à la démocratisation de l'internet, elle est aussi une opportunité d'innovation sociale et de nouveaux comportements pour un développement plus durable.

Que dire devant cette tendance à moins posséder, à privilégier l'usage, à partager davantage, eh bien, tant mieux pour l'avenir de notre société !

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD - dans Chroniques RGB
commenter cet article

commentaires