Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 14:35

 

Quoi de neuf sur les biocarburants ?

Mais d’abord qu’est-ce que un biocarburant, merci de nous rafraichir la mémoire :

 

On distingue 2 familles : le biodiesel correspond au diesel et le bioéthanol correspond à l'essence.

 

Comment fabrique-t-on ces biocarburants ?

 

Pour le diesel on utilise surtout des huiles provenant majoritairement du colza ou tournesol : l’huile de colza est transformée en esters d'huile végétale (c’est la transestérification) puis mélangé au gazole.

Pour l’éthanol on part de végétaux riches en sucre, les betteraves et la canne à sucre

Le sucre est transformé en éthanol + iso butylène qui est mélangé à l'essence

Mais on utilise aussi des produits riches en amidon, le blé, le maïs, la pomme de terre

 

Merci de ce rappel, alors maintenant où en est-on de l’utilisation des biocarburants ?

 

En 2009 l'union européenne adopte la directive européenne « énergies renouvelables » fixant la part d'énergie renouvelable dans la consommation finale à 10% dans le secteur des transports d'ici à 2020.

En septembre 2012 lors de la conférence environnementale, le premier ministre Jean Marc Ayrault annonce le plafonnement à 7% de l'incorporation d'agrocarburants dans le carburant en France.

En octobre 2012 la commission européenne s'apprête à rendre public un projet de directive plafonnant à 5% l'incorporation de biocarburants produits à partir de cultures alimentaires ».

 

Pourquoi ce changement de trajectoire? Cette diminution du minimum obligatoire ? 

 

Les études scientifiques se sont multipliées montrant que les agrocarburants produits à base de matières premières alimentaires sont une fausse bonne idée pour le climat.

En fait, la prise en compte de ce qu'on appelle « changement d'affectation des sols indirects » (CASI) change la donne. Dans cette configuration le biodiesel émet plus de gaz à effet de serre que le diesel fossile. Le biodiesel français est produit notamment à base d'huile de colza produite en France. Mais l'huile de colza utilisée pour fabriquer du carburant doit être remplacée sur le marché alimentaire par l'huile de palme ou de soja importés de régions ou il faut pratiquer une déforestation massive pour les cultiver (Indonésie, Amazonie) et qui dit déforestation dit émissions de CO2.

 

Et perte de biodiversité, pensons aux orangs outangs en voie de disparition à BORNEO. Mais transformer des aliments en carburants pose problème quand même !

 

Depuis juillet 2010 les prix de nombreux produits agricoles ont considérablement augmenté. Les prix du maïs, du blé et du sucre ont tous augmenté de plus de 70%. L'augmentation des superficies agricoles destinées à la production des agrocarburants influence la hausse des prix des produits alimentaires et diminue les réserves alimentaires mondiales.

 

Et donc n’améliore pas la survie des populations les plus pauvres Y a-t-il de nouvelles pistes ?

 

Afin de remplacer à long terme les carburants fossiles et à court terme faire face à des fluctuations imprévisibles des tarifs du pétrole, les constructeurs d'avions testent d'autres alternatives que les biocarburants de première génération.

De nouvelles plantes sont à l'étude comme la moutarde mais également la salicorne, les algues, les huiles alimentaires après utilisation ou les déchets agricoles avec le concours de bactéries bien choisies.

Le 29 octobre 2012, au canada, un Falcon 20 expérimental a pour la première fois volé avec un kérosène entièrement d'origine végétale (le Readijet produit à partir d'une plante oléagineuse, Carinata brassica, la moutarde d'Abyssinie).Un avion suiveur analyse ses émissions.

 

Et en France où en est-on ?

 

En France le programme PROBIO 3 est porté par l'INRA depuis Toulouse. Lancé en septembre dernier, il doit mettre au point une filière pour fabriquer industriellement des biocarburants à partir de sources renouvelables et non alimentaires. Des levures ou bactéries seront mises à contribution pour transformer des lipides (matières grasses) tirés de déchets agricoles (paille, copeaux de bois...), de coproduits industriels ou de résidus ménagers.

 

Donc on peut espérer des biocarburants qui valorisent les déchets ou sous-produits plutôt que réduire la nourriture disponible pour l’humanité.

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD - dans Chroniques RGB
commenter cet article

commentaires