Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 18:00

 

 

Les drones, ces petits engins aériens pilotés à distance pour des missions de surveillance, de sécurité ou d'observation, ça me parle, mais cette histoire de drone nettoyeur des mers, c'est quoi ?

 

Ce concept de drone marin, nettoyeur des mers, c'est une invention récente (moins de 3 ans), que l'on doit à un jeune chercheur franco-japonais de 29 ans, César Harada, passionné par la mer et par l'environnement, et impliqué dans des recherches liées aux pollutions pétrolières en mer, avec l'envie de partager et de fédérer ses recherches.

Suite à l'explosion de la plateforme «Deep Water» en avril 2010  dans le golfe du Mexique, il a eu l'occasion d'aller sur site et de constater la faible performance de récupération des nappes de pétrole en mer (à peine 3% avec 700 bateaux de pêche), il a donc décidé de chercher d'autres solutions innovantes, et de partager ces efforts de recherche. 

 

Et quels sont les principes de son invention ?

 

D'abord tirer le meilleur parti à la fois des phénomènes naturels (le vent, les courants marins, les vagues), des nouvelles technologies informatiques (téléguidage, communications par satellite) et aussi des compétences d'un réseau international de chercheurs pluridisciplinaires, pour trouver des solutions low-cost de dépollution des mers (le pétrole bien sûr, c'est le fondement de son invention, mais également les petits débris plastiques, le fameux 7e continent), en privilégiant des petits drones interdépendants.

Par ailleurs, ses convictions pour une recherche collaborative en matière d'environnement l'ont amené à choisir une licence «open hardware», ouvrant de nombreuses possibilités d'évolution et d'utilisation de son invention, avec des contributeurs de divers pays à travers le monde.

Il n'y a pas de brevet déposé, seulement une marque déposée (protei), chacun est libre d'utiliser cette licence, de la modifier, de la distribuer, en publiant toutes les améliorations et en mentionnant le nom de Protei 

 

Précisément, en quoi consiste son invention ?

 

En fait, pour récupérer les nappes de pétrole il faut remonter le courant, les bateaux classiques ne sont pas faits pour ça, en plus il faut de l'énergie pour les faire avancer, et par ailleurs les marins prennent des risques pour leur santé en naviguant au milieu des nappes de pétrole.

L'innovation de César Harada, avec le robot navigant Protei, c'est d'avoir  imaginé une coque articulée, facilement maniable, téléguidable à distance, qui permet de naviguer contre le vent en zigzaguant, de virer de bord, d'épouser le mouvement des vagues sans perdre de vitesse, il a découvert par ailleurs qu'en ajoutant un gouvernail à chaque bloc, il multiplie la force de traction, jusqu'à 20 fois le poids de la tête du drone propulseur.

 

Quels sont les avantages de son innovation ?

 

D'abord, sur le plan technique, son autonomie, l'énergie gratuite du vent, des batteries pour l'informatique et le téléguidage, une coque articulée et flexible pour utiliser le vent dans n'importe quel sens et permettant d'affronter les aléas météo, une performance de traction plus importante avec un gouvernail situé vers l'avant.

Ensuite, c'est un projet libre de droit et ouvert, permettant de multiplier ses utilisations et ses évolutions, c'est aussi une solution peu coûteuse, facilement diffusable et accessible au plus grand nombre.

 

A quoi en est-il aujourd'hui ?

 

Avec l'aide de financements internationaux, divers prototypes ont été mis au point par des équipes de recherche travaillant en mode collaboratif. Pour fin 2013 il est prévu un prototype de 6m de long tractant une queue absorbante de 25 m pouvant rassembler 2 tonnes de pétrole, avec un moteur télécommandé pour controler la trajectoire, des batteries à alimentation solaire et éolienne, de l'instrumentation scientifique et un système de transmission par satellite.

Actuellement, il fait partie de l'équipe du projet «unreasonable at sea»,  ils naviguent vers 13 pays pour confronter leurs innovations technologiques aux grands défis de notre temps et ainsi accélérer leurs capacités de mise en oeuvre à une échelle internationale.

Pour l'avenir, il imagine la coordination de nombreux drones protei coordonnés à distance pour explorer et nettoyer les océans.

 

Alors, en conclusion ?

 

Innover pour la planète, c'est mettre en priorité l'environnement, puis les hommes, puis la technologie, puis le profit … et non l'inverse !

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD - dans Chroniques RGB
commenter cet article

commentaires