Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

sur la radio RGB 99.2 FM



- chaque semaine, une chronique diffusée à 8h15, 10h15, 12h15 et 18h15 (du lundi au vendredi), le samedi à 8h15 et 13h45 et le dimanche à 8h15, 10h15 et 12h15
- chaque dernier mercredi du mois de 19 h à 20h, une émission autour de 4 thèmes : les informations du développement durable, l'interview d'un acteur engagé, le débat, les informations pratiques

Des citoyens inquiets de l’état de la planète soumise à tous les excès des développements qui ne la respectent pas ont décidé de se réunir pour faire « quelque chose »

L’association « Quelle Terre Demain ? » veut mettre en œuvre les moyens nécessaires à la seule réponse qui vaille : une Terre vivante, hospitalière, généreuse, pour demain et les jours qui vont suivre pour nos enfants et tous leurs descendants


Il est temps de faire quelque chose.
De faire savoir ce qui est en train de se produire.

De comprendre les conséquences de nos comportements.

D’apprendre les gestes qui sauvent
De les mettre en œuvre

C’est l’objectif que poursuit l’association « Quelle Terre Demain ? »


Incroyables Comestibles CERGY

 

La vocation des Incroyables Comestibles (IC) est d'inciter les citoyens à passer à l'action et de transformer les espaces publics en potagers à partager pour tous en ville et en pied d'immeuble, avec l'objectif de développer l'autonomie alimentaire, le lien social, et de se réapproprier la terre. Une quinzaine de potagers urbains sur les différentes villes de l'agglomération ont vu le jour depuis 2014 et de nouveaux projets émergent chaque mois.

Les ICCP (Incroyables Comestibles de Cergy Pontoise http://cergy.lesincroyablescomestibles.fr/) proposent diverses activités pour sensibiliser à la protection de l'environnement:

- Ateliers pour se former au jardinage écologique

- Ateliers créatifs, créations et décorations de bacs, construction de fascines, semis, plantations, compostage & gestion des déchets, ballades des potagers , récupération de graines etc...

- Ateliers de cuisine, teinture naturelle, produits cosmétique naturels etc.

- Conférences.

- Rencontres et échanges.

28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 18:30

 

 

le greenwashing ou l'art du faux marketing vert by quelle terre demain

 

Le greenwashing, c'est le fait de tromper le consommateur sur les pratiques environnementales d'une entreprise ou sur les avantages environnementaux d'un produit ou d'un service, as-tu quelques exemples concrets ?

 

Tout simplement, je vais me référer à une émission TV diffusée sur A2 le 4 mai dernier, intitulée Cash Investigation, enquêtant sur le greenwashing.

D'abord, le cas de Volvic vantant les mérites de ses bouteilles contenant 20% de plastique végétal sans tests de biodégradabilité répondant aux normes reconnues, les preuves accompagnant cette publicité ont été fournies par l'entreprise elle-même, l'ARPP (Agence de Régulation Professionnelle de la Publicité) n'a qu'un rôle consultatif, … les adhérents respectent une charte, mais il n'y a pas de vrai contrôle !

Autre cas, le Crédit Agricole, et son slogan «it's time for green banking», certes il accompagne de petites opérations de méthanisation en France, mais il continue à investir massivement dans des réacteurs nucléaires en Inde, des centrales à charbon en Afrique du Sud, ... l'ONG les Amis de la Terre lui a décerné en 2010 le prix Pinocchio, pour les écolos de façade !

 

Comment fonctionne le greenwashing et quelles sont les pratiques ?

 

Compte tenu d'une sensibilisation croissante du consommateur et du citoyen sur le développement durable, les entreprises cherchent à afficher un comportement plus respectueux de l'environnement et à promouvoir une image plus valorisante de leurs activités, de leurs produits et de leurs services.

Le consommateur est devenu plus réceptif à la publicité verte, on voit donc apparaître de multiples labels spécifiques, faussement rassurants et invérifiables, des messages publicitaires contenant des imprécisions, des omissions, des absences de preuves, des détails non pertinents et faisant oublier des enjeux plus importants, … c'est l'aspect insidieux du greenwashing.

 

As-tu quelques exemples pour illustrer ces pratiques de greenwashing ?

 

Les équipements électroménagers vantant des économies d'énergie mais occultant leur courte durée de vie et l'impact de leur fabrication.

Egalement des termes vagues ou des imprécisions, du genre «sans danger pour l'environnement», «sans substances nocives», «respecte la nature», … des cigarettes à base de tabac issu de l'agriculture biologique (l'illusion d'un produit sain mais nocif pour la santé).

Un dernier exemple dans l'informatique, avec le système Windows 7 de Microsoft, qui met en avant de meilleures capacités de gestion d'énergie mais nécessitant un ordinateur 243% plus performant.

 

Quelle est l'importance du greenwashing, et quel est son impact ?

 

Selon une étude conjointe de l'ADEME et de l'ARPP, le nombre de publicités non conformes est stable (11%), elle pointe la catégorie des manquements induisant en erreur le consommateur ou incitant à un comportement non éco-responsable, elle reconnaît des effets de confusion pour le consommateur en termes de vocabulaire, de visuels, de labels, ...

Le greenwashing participe à la désinformation des consommateurs, aux dépens des efforts importants de sensibilisation faits par les pouvoirs publics et par les associations, par ailleurs il discrédite les démarches de progrès déjà initiées par des entreprises courageuses, et en ciblant sur peu de critères (uniques ou non pertinents) il donne une vision simpliste et déformée de la complexité et de la globalité des enjeux environnementaux.

 

Et quelles sont les possibilités d'agir sur ces fausses publicités ?

 

Aujourd'hui, le consommateur n'a pas vraiment les moyens de vérifier tout ce qui est affirmé dans ces publicités incomplètes ou incompréhensibles, et cela peut faire douter les citoyens sur la nature et les propriétés des produits verts, et plus global, sur le bien-fondé du développement durable.

Rappelons qu'il existe un Observatoire Indépendant de la Publicité (OIP), il rassemble des associations et des personnalités, et il fonctionne essentiellement par collaboration citoyenne, il suffit de s'inscrire pour réaliser une notation des publicités disponibles à l'OIP selon 5 critères.

Par ailleurs, on peut citer également des sites internet de notation de produits, par exemple goodguide, shopwise, … des perspectives à suivre !

 

Alors en conclusion ?

 

Apprenons à être éco-vigilants sur nos achats, prenons du temps pour décrypter leurs propriétés, faisons confiance aux seuls labels officiels, soyons des consom'acteurs solidaires !

Partager cet article

Repost 0
Publé par bureauQTD - dans Chroniques RGB
commenter cet article

commentaires